Les 4 points pour construire et fédérer son équipe

Les personnes qui constituent votre équipe ont un impact direct sur le succès ou la faillite de votre entreprise. Si votre équipe est faible, votre entreprise est faible. Vous ne pouvez pas mener la bonne stratégie avec les mauvaises personnes.

La force de votre équipe dépend principalement de deux facteurs : la composition & le management.

L’impact de la composition de votre équipe est essentielle : si vous choisissez le mauvais associé, si vous vous trompez dans vos recrutements, ou encore si vous mettez en place un partenariat avec une entreprise incompétente, vous signez votre faillite de vos propres mains.

Assurane tout risque

CONSTITUTION DE L’EQUIPE DANS LA GENESE DE L’ENTREPRISE

Les premières erreurs arrivent souvent dans la genèse de l’entreprise. Vous seriez impressionnés de découvrir le nombre d’entreprise qui échouent parce que les associés-fondateurs n’arrivent plus à s’entendre.

Il est vrai que les entrepreneurs n’ont pas toujours eu l’expérience du recrutement et la définition des postes clés n’est pas toujours évidente au lancement de l’activité.

Une méthode efficace est de prendre votre Lean Canvas et de faire correspondre les activités clés de votre croissance avec les premiers postes.

L’important est de réussir à se représenter un profil complet. Par exemple, si vous recherchez un associé en marketing, définissez les tâches et les qualités. Doit-il avoir une compréhension poussée du digital ? Dans votre secteur la compréhension des réseaux sociaux prime-t-elle sur la construction du référencement ? Etc.

Si vous avez peu de culture marketing, vous pouvez très bien poser vos séries de questions aux associés postulants pour évaluer leur expertise.

Enfin, n’oubliez pas l’importance des qualités humaines. Si vous recherchez un développeur n’évaluez pas seulement ses compétences techniques, durant votre croissance il devra endosser aussi bien l’habit de chef de projet et doit posséder un excellent relationnel.

II. TROIS POINTS ESSENTIELS POUR UN BON RECRUTEMENT

Guy Kawasaki, auteur de plusieurs best-sellers sur l’entrepreneuriat, multi-entrepreneurs et ancien de chez Apple, se concentre sur 3 points pour réussir ses recrutements : la passion, l’autonomie et l’engagement.

Naturellement, il est primordial de prendre en compte les compétences en premier lieu. Sur ce sujet conservez à l’esprit que le CV est un révélateur de talent extrêmement pauvre, comparé aux recommandations et aux mises en situation.

La passion est essentielle pour évaluer la capacité d’évolution de la personne que vous allez recruter. Nous avons tous déjà travaillé dans des entreprises où des seniors avait à peine le niveau d’un bon junior, alors qu’ils ont 10 ans d’expérience supplémentaire ! Ce sont des employés qui ont arrêté de progresser.

La rapidité des évolutions du marché nous interdit de recruter ce type de personne. Nous avons besoin de recruter des personnes passionnées par ce qu’elles font, parce qu’elles rechercheront sans cesse à améliorer leur compétence.

Evidemment, posez la question directement ne vous apportera pas une réponse fiable. Pour vous aider voici quelques questions types :

– « Qu’est-ce que vous faites lorsque vous rentrez du travail ? » Il est fort probable qu’un passionné à une partie de ses activités en rapport avec son travail. Par exemple, un développeur peut travailler sur un projet personnel.
– « Qu’elle est le dernier livre/article que vous avez lu sur le sujet ? » Un passionné est toujours en train de rechercher de nouvelles informations sur sa passion. Par exemple, un directeur marketing lira sur les dernières tendances, voir des articles de psychologie pour mieux comprendre la communication.

L’autonomie représente le second facteur essentiel. Un employé qui ne recherche pas l’autonomie, ne pourra pas avoir de responsabilité, et surtout, il vous fera perdre votre temps en vous sollicitant perpétuellement en vue de se rassurer.

Les employés qui n’ont pas de volonté d’autonomie cherchent à éviter les responsabilités. Pour les débusquer vous pouvez parler d’autonomie et observer leurs réactions, notamment les réactions non-verbales, beaucoup commenceront déjà à baisser les épaules. Vous pouvez aussi poser des questions de ce type :

– «  Comment s’est passé la dernière fois où vous avez été en désaccord avec vos supérieurs ? » (cette question est également intéressante pour évaluer les capacités de communication de votre interlocuteur).

– « Quel est votre plus grand échec professionnel ? »

Dans ce type de question observez comment réagit l’intervenant, prend-t-il en compte sa responsabilité ou rejette-t-il systématiquement la faute sur les autres ?

Dans le troisième facteur, l’engagement, il s’agit d’évaluer jusqu’à quel degré les valeurs de votre entreprise et celles du postulant correspondent entre-elles. Cette notion, trop souvent négligée, est pourtant cruciale !

L’adéquation avec la culture d’entreprise assure la manière d’exécuter l’activité, la qualité des relations entre les membres de l’équipe et le maintien du rapport que vous engagez avec votre clientèle.

Pour réussir la partie de cet entretien il est primordial de mettre à jour la culture de votre entreprise.

III. LA CULTURE D’ENTREPRISE

Les chats de Walter

La culture d’entreprise est un facteur si crucial que des entrepreneurs extrêmement talentueux, comme T. Hisieh, considèrent que si la bonne culture est implémentée les résultats suivront automatiquement.

La culture définit les valeurs de l’entreprises, les interactions internes, la qualité de l’exécution de vos activités et les relations avec votre clientèle. Comme vous le comprenez, il s’agit d’un élément indispensable pour bien manager votre équipe.

Prenons l’exemple du rapport à l’innovation avec la culture d’entreprise. La grande majorité des entreprises rêvent de produire des innovations fortes régulièrement et échouent à cause d’une culture schizophrénique.

D’une part elles demandent aux employés de penser en dehors des cadres, d’être « out-of-the-box ! », et de l’autre elles sanctionnent sévèrement l’échec. Hors toute personne qui a étudié un tant soit peu l’histoire des grands chercheurs sait que l’échec est obligatoire, il fait partie de la productivité de la création.

Léonard De Vinci enchaînait les échecs ! Une grande partie de ses tableaux est tout simplement perdue, parce qu’il s’agissait d’expérimentations sur la peinture qui ont échoué.

Vous attendez que vos employés soient meilleurs que Léonard De Vinci ? Est-ce que vous auriez licencié Léonard De Vinci ?

Lorsqu’une entreprise dans le cadre de la recherche, ne permet pas l’échec, elle ne permet pas l’expérimentation et de fait ne laisse aucune chance à la recherche. Naturellement les employés prendront le pli de la sécurité. Ils proposeront des innovations légères et sans envergure, vous limitez les risques à court terme. Mais vous amplifiez les risques à long terme, car sans réelle innovation votre entreprise ne pourra lutter avec la concurrence du marché très longtemps.

Au contraire, les entreprises qui favorisent l’innovation l’intègre dans la culture de leur entreprise. Le terme échec, n’a même plus à être utilisé. Pourquoi utiliser un terme aussi péjoratif pour désigner la partie la plus importante dans la recherche d’information ?

Si vous remplacez la notion d’échec par la notion d’information vous obtenez un dynamisme tout à fait différent. Un inventeur lorsqu’il recherche une information découvrira dans ce que les autres nomment échec, une information indispensable, en comprenant que tel chemin n’est pas le bon pour mener l’entreprise au succès.

Ainsi, il améliore la visibilité de l’entreprise sur la bonne route à prendre, il clarifie et améliore la carté qui conduira au succès votre entreprise.

IV. MAINTENIR L’ENGAGEMENT

Le recrutement vous donne l’équipe qui possède le potentiel pour porter votre entreprise au sommet ! Pour rendre la réussite réelle, il est essentiel de maintenir la qualité de votre équipe et stimuler l’engament à travers le management.

Zappos qui est considérée comme une des entreprises où les employés sont le plus heureux et le plus performants se concentre sur 4 éléments clés :

  1. La perception du contrôle  – Ressentir la perte de contrôle sur votre travail démobilisera vos troupes.
  2. La perception du progrès – La perception du progrès entretien la stimulation et la motivation.

Pour conserver des résultats positifs il également essentiel de penser à l’entrainement de vos employés. Il est indispensable de programmer des temps de formations et d’optimisation dans l’emploi du temps de votre équipe. Si vous laissez la formation au temps libre, ne vous attendez pas à des résultats exceptionnels et ne soyez pas surpris que votre équipe ne maîtrise pas les derniers tendances et découvertes de son secteur.

  1. La connexion. Il s’agit du rapport entre les membres de la société. Il est essentiel de maintenir une ambiance sociale. Elle apportera un plus grand plaisir à vos employés et une équipe soudée est toujours plus performante.
  2. La vision. Engagez l’équipe dans le pourquoi de l’entreprise, engagez l’équipe dans quelque chose de grand! Les Grands Leaders ont toujours fédérés leur équipe à travers le pourquoi des actions. Si vous n’avez pas encore vu la vidéo de Sinek qui nous fait part de ses recherches et conseils sur le sujet c’est maintenant : voir la vidéo et apprenez à présenter votre projet comme Steve Jobs.

 

Entreprenez avec Passion,
Pierre Conreaux

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s